dimanche 30 novembre 2014

Premier Synode orthodoxe en France depuis près de 1000 ans






L’Eglise de France du Patriarcat orthodoxe des Nations a tenu son premier synode national le samedi 22 novembre 2014.

C’était le premier synode orthodoxe réuni en France depuis le Grand Schisme de 1054 qui a coupé en deux le monde chrétien : en Occident l’Eglise catholique romaine, en Orient les Eglises orthodoxes. Mais, depuis de nombreuses années, l’orthodoxie s’est réimplantée en Occident.

Le patriarche Nicolas, primat de l’Eglise de France, a donc convoqué et présidé ce synode réunissant tous les évêques de l’Eglise.

Les travaux ont été denses, ouverts et fructueux.

Ont été mises en place diverses commissions :
- commission liturgique ;
- commission canonique ;
- commission juridique ;
- commission enseignement et formation ;
- commission bioéthique ;
- commission relations interconfessionnelles et interreligieuses ;
- commission de la communication ;
- commission des finances ;
- service des aumôneries ;
Ces commissions seront assistées d’experts.

En cas de nécessité, le patriarche désignera un comité de discipline ecclésiastique.

Le patriarche a également annoncé la constitution d’un conseil patriarcal pour l’assister. Il sera composé de clercs et de laïcs.

La date du prochain synode national a été fixée au 30 mai 2015, veille de la Pentecôte selon le calendrier oriental.




jeudi 20 novembre 2014

L'islam conquiert l'Angleterre


L'islam déloge activement le christianisme au Royaume Uni


Mosaïque du
Christ de Sainte Sophie
de Constantinople


L'islam dépasse rapidement le christianisme au Royaume-Uni, rapporte Sedmitza.ru. Alors que les Eglises chrétiennes au Royaume-Uni sont en train de perdre rapidement des paroissiens, la communauté musulmane se développe à une vitesse sans précédent. Et si la société voit parfois une menace dans l'islam, les musulmans britanniques prétendent néanmoins jouer un rôle actif dans la vie du pays.

L'analyse des résultats du recensement de la population a montré que l'islam peut devenir la religion dominante dans le pays au plus tard dans dix ans. Au cours de la dernière décennie, le nombre de musulmans britanniques a doublé, et le prénom "Mohammed" est devenu le prénom le plus populaire de Londres.

L'âge moyen d'un musulman britannique est d'environ 26 ans. La population musulmane au Royaume-Uni est extrêmement jeune; elle est plein d'énergie, de vie et de dynamisme. La Grande-Bretagne est innovatrice dans de nombreux domaines. Elle deviendra le premier pays non-musulman à introduire des obligations financières, disponibles à l'achat par des investisseurs musulmans.

La société de Droit anglais a récemment publié un manuel pour la rédaction de testaments selon les lois de la charia car il y a une grande demande pour de tels documents. 

Une nouvelle analyse du dernier recensement, effectué par l'Office National de Statistique (ONS), a montré que l'Église d'Angleterre est en train de perdre son importance plus rapidement qu'elle était censée le faire plus tôt. L'augmentation de l'âge moyen des paroissiens indique que la religion officielle de la Grande-Bretagne a perdu plus de quatre millions de ses adeptes depuis 2001.

"La baisse que les églises de Grande-Bretagne ont connu depuis longtemps, a maintenant apparemment atteint son point critique. 95% des gens ne vont pas à l'église le dimanche. Les offices chrétiens sont fréquentés par une minorité de la population", commente Andrew Copson,  directeur général de la British Humanist Association. 

Ces chiffres ont incité le Premier ministre britannique David Cameron à tenter de soutenir les principes de base de l'institution de l'Église d'Angleterre. Il a appelé les chrétiens à être plus ardents à prêcher leur foi et a fait remarquer "le pouvoir de guérison de l'Eglise". 

Il est de tradition dans les communautés chrétiennes à travers la Grande-Bretagne de représenter une "Pièce de théâtre de la Passion" le Grand Vendredi [Vendredi Saint] avant Pâques.

La souffrance (Passion) et la mort du Christ dans la crucifixion sont glorifiés dans cette pièce. L'un de ces spectacles a eu lieu sur Trafalgar Square à Londres cette année, mais à Oxford la performance a été annulée: le fonctionnaire chargé de l'examen des demandes pensait que la "Pièce de la Passion" était un spectacle érotique.

Cela prouve encore une fois que même les personnes investies de pouvoir ne sont pas toujours au courant de ce que les chrétiens du monde entier célèbrent en fait.

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après